Le blog des e-commerçants et des dropshippers

Peut-on toucher le chômage en faisant du dropshipping ?

peut-on-toucher-le-chomage-en-faisant-du-dropshipping
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Question pertiente : peut-on toucher le chômage en faisant du dropshipping ? Découvrez toutes les réponses dans cet article !

Table des matières

Voici un scénario qui peut vous arriver lorsque vous souhaitez vous lancer en droshipping : vous êtes au chômage et vous vous demander s’il est possible de toucher le chômage en faisant du dropshipping. Vous vous demandez également si vos droits seront modifiés. En effet, c’est tout à fait normal si vous vous préoccupez de ce genre de chose parce qu’au début de votre projet dropshipping, vous n’allez pas forcément effectuer des ventes en un clin d’œil. Et vous souhaitez pouvoir gagner de l’argent pour subvenir à vos besoins au quotidien.

C’est la raison d’être de cet article ! Il faut savoir qu’à mes débuts, moi aussi, je ne savais pas quoi faire après le bac et je me suis retrouvé chômeur pendant un certain moment. Et lorsque j’ai lancé mon activité sur Internet, j’ai réussi à cumuler le statut d’auto-entrepreneur et le chômage. Donc, la réponse à cette question est « oui ». En France, vous pouvez créer votre entreprise et continuer en même temps de toucher le chômage. Toutefois, il y a des démarches à effectuer et des conditions à respecter. Découvrez comment procéder !

Toucher le chômage en faisant du dropshipping : est-ce possible ?

Lorsque vous prévoyez de vous lancer dans le dropshipping, il est tout à fait possible de créer votre entreprise tout en maintenant vos allocations chômage. Comme vous le savez, il faut déclarer son activité lorsqu’on fait ce type de business en ligne. Je ne vais plus détailler tout ça dans cet article. Rendez-vous sur mon précédent article sur comment faire du dropshipping pour en savoir plus sur les statuts juridiques possibles.

Quoi qu’il en soit, il faut savoir qu’auparavant, seuls les auto-entrepreneurs au chômage ayant plus de 50 ans pouvaient bénéficier de leurs allocations jusqu’à la fin de leurs droits. Mais aujourd’hui, il est possible pour tout demandeur d’emploi de cumuler le statut d’auto-entrepreneur et les allocations chômage. La seule limite, c’est que le montant de vos allocations chômage ne pourra pas être supérieur à celui de vos gains perçus.

En effet, vous avez la possibilité de bénéficier d’un maintien total ou partiel des allocations d’Aide au Retour à l’Emploi (ARE) lors de la création de votre entreprise de dropshipping. Cela dépend notamment de l’avancée de votre activité en ligne.

  • Si votre entreprise ne dégage pas de revenu pendant un certain moment, vos allocations chômage seront maintenues dans leur intégralité.
  • Dès lors que vous faites des ventes et donc, dégagez des revenus, vos allocations deviendront partielles.

Pour information ou pour rappel, l’allocation d’aide au retour d’emploi (ARE) peut être définie comme un « remplacement » de votre salaire mensuel. Ce montant est versé à :

  • Toute personne privée d’emploi de manière involontaire. C’est le cas lors d’un licenciement, d’une rupture conventionnelle ou encore d’une fin de contrat CDD.
  • Toute personne inscrite à Pôle Emploi.

Certes, le versement de ce montant prend généralement fin lorsque vous retrouvez une activité professionnelle à exercer aussi bien en France qu’à l’étranger. Toutefois, il existe une exception et des adaptations sont prévues pour vous permettre de cumuler le statut d’auto-entrepreneur et les allocations chômage.

Comment calculer les allocations chômage lorsqu’on est auto-entrepreneur ?

Vous l’aurez compris, pour calculer le montant de votre ARE, il faut tenir compte des revenus perçus en tant qu’auto-entrepreneur et le montant perçu en tant qu’allocations chômages. Autrement dit, ce dernier découle de vos revenus perçus en tant qu’auto-entrepreneur.

En effet, la fiscalité dans le statut juridique « auto-entreprise/microentreprise » prévoit un abattement forfaitaire sur votre chiffre d’affaires. Il correspond au montant de vos dépenses effectuées en tant qu’auto-entrepreneur. Et justement, cet abattement dépend entièrement de la nature de votre activité.

  • S’il s’agit d’une vente, l’abattement est de 71 % de votre chiffre d’affaires ;
  • S’il s’agit d’une activité libérale, cet abattement est de 34 % de votre CA ;
  • S’il s’agit d’une prestation de service, l’abattement est de 50 % de votre CA.

Donc, dans le cadre d’une activité e-commerce comme le dropshipping, on applique l’abattement de 71 %. À titre d’exemple, si vous faites 800 € de Chiffres d’Affaires, vous bénéficierez d’un montant de 568 € comme allocation chômage. Soit 800 € X 71 % = 568 €. Par contre, au fur et à mesure de votre activité en ligne, il me semble important de préciser que vos allocations chômage vont diminuer en fonction de votre revenu mensuel en dropshipping. Renseignez-vous auprès du Pôle Emploi pour plus d’informations. Dans tous les cas, vous pouvez toujours toucher le chômage en faisant du dropshipping.

Quelles sont les conditions pour cumuler le statut d’auto-entrepreneur et l’ARE ?

Pour savoir si vous êtes éligible au dispositif ARE et donc pour toucher le chômage en faisant du dropshipping, il faut respecter quelques conditions, notamment :

  • Le fait d’avoir cumulé une durée de travail minimum de 88 jours au cours des 28 derniers mois à la fin de votre contrat de travail ;
  • Le fait de déclarer tous les mois vos revenus en tant que dropshippeur afin de permettre le calcul de vos droits aux allocations chômage ;
  • Le fait que vos revenus issus de l’ARE et de votre activité d’auto-entrepreneur soient inférieurs à votre salaire journalier de référence ou (SJR). Pour information, ce dernier est calculé en fonction de vos revenus perçus pendant les 12 derniers mois.

Toutefois, il faut souligner qu’il existe une alternative aux allocations chômage lorsqu’on souhaite cumuler le chômage et le statut d’auto-entrepreneur en dropshipping. Il s’agit de l’Aide à la Reprise ou à la Création d’Entreprise (ARCE).

Pour information, l’ARCE est un dispositif de Pôle Emploi qui vous permet de recevoir en capital une partie de vos allocations chômage lors de la création de votre entreprise. Plus précisément, vous aurez droit à 45 % de vos allocations chômage restant. En effet, si la moitié de vos droits est versée pendant la phase de création, le reste vous sera versé 6 mois plus tard à condition que votre activité soit encore exercée. Par contre, il faut savoir que si vous choisissez cette option, il ne vous sera plus possible de bénéficier de l’ARE.

Pour être éligible à l’ARCE lors de votre projet dropshipping, vous devrez d’abord obtenir l’ACRE (Aide au Chômeur Créateur ou Repreneur d’Entreprise). Ensuite, il faut formuler votre demande d’ARCE auprès d’une agence Pôle Emploi.

Maintenir l’ARE ou bénéficier de l’ARCE, que choisir lorsqu’on se lance en dropshipping ?

Il me semble important de préciser que vous avez deux possibilités pour toucher le chômage en faisant du dropshipping. Soit vous maintenez l’ARE, soit vous optez pour l’ARCE. Alors, laquelle de ces deux formes d’aide choisir ? En effet, on me pose souvent cette question dans ma formation « Vivre du dropshipping en 7 heures par semaine ». Eh bien, il faut savoir que la réponse va dépendre de vos besoins. Il n’y a pas de solution parfaite. Et pour cause, vous devrez être très vigilant, car votre choix sera irrévocable. L’idéal est de prendre rendez-vous auprès d’un conseiller Pôle Emploi avant de prendre votre décision.

Toutefois, je vais vous donner quelques pistes qui peuvent vous aider. Lorsqu’on prévoit de se lancer dans le dropshipping ou même dans toute autre activité en ligne, de nombreuses personnes choisissent le dispositif ARCE lorsqu’ils ont besoin d’un investissement de départ assez conséquent. Toutefois, ce choix est plus ou moins risqué, car il faut rappeler que vous ne pourrez plus bénéficier de l’ARE.

Donc, si vous constatez que vous n’avez pas besoin d’un investissement de départ conséquent, ce qui est souvent le cas en dropshipping, je vous conseille d’orienter votre choix vers l’ARE. Cela vous permettra de conserver vos allocations mensuelles et donc, de ne pas vous priver d’un revenu régulier pour subvenir à vos besoins.

Voilà pourquoi je propose toujours le statut d’auto-entrepreneur pour les débutants en dropshipping. Rendez-vous sur ma formation pour bénéficier d’une aide précieuse et d’une meilleure comparaison des statuts juridiques à adopter lors du lancement d’un business en ligne comme le dropshipping.

Un autre point important, ce qui n’est pas du tout le moindre : vous devrez savoir que si vous choisissez de maintenir l’ARE, vos allocations chômage seront élevées si votre chiffre d’affaires est inférieur au montant de ces derniers. Et vice versa ! Par contre, si vous choisissez l’ARCE, le montant de vos droits ne dépendra pas de votre chiffre d’affaires.

Finalement est-il possible de cumuler le chômage et le statut d’auto-entrepreneur lorsqu’on fait du dropshipping ?

Pour répondre à la question du préambule, il est possible de toucher le chômage en faisant du dropshipping sous certaines conditions. D’ailleurs, personnellement, j’ai choisi l’option ARE à mes débuts parce qu’il a fallu subvenir à mes besoins quotidiens alors que je n’avais eu qu’une cinquantaine d’euros dans mon compte en banque. Cette somme était directement investie dans le projet dropshipping et les allocations chômage me permettaient de vivre au quotidien. Vous l’aurez compris, c’est au cas par cas. Ne vous inquiétez pas ! Dans la formation, vous aurez la possibilité de faire part de vos besoins et je vais vous aider à choisir la bonne option, à savoir l’ARE ou l’ACRE. Sinon, il est également possible de vous renseigner auprès du Pôle Emploi.

Ma formation étape par étape « Vivre du dropshipping en 7 heures par semaine » :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gagnez de l'argent avec nos concepts

Minimum 450 × plus rentable que le Livret A